L’INFERTILITÉ MASCULINE

La qualité du sperme et donc la fertilité masculine varie beaucoup d’homme à homme.

Généralement, la fertilité masculine est élevée chez l’homme jeune, mais tend à diminuer au fil des années. Chez l’homme, il n’y a pas une ménopause comme chez la femme, mais quand même la fertilité diminue graduellement. Il y a des cas ou l’homme est encore fertile à 80 ans, mais il s’agît de exceptions.

Si le sperme n’est pas de bonne qualité (spermatozoïdes lents ou peu nombreux), on peut recourir à l’ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection) : On aspire les ovocytes des ovaires de la femme et on y injecte pour chaque ovocyte un spermatozoïde de bonne qualité en utilisant un instrument muni de micro-manipulateurs.

L’embryon qui se formera sera introduit dans l’utérus pour que se développe une grossesse

L’INFERTILITÉ MASCULINE AVEC AZOOSPERMIE

Azoospermie sécrétoire et azoospermie obstructive

Il s’agit du cas le plus sévère d’infertilité masculine où il n’y a pas de spermatozoïde dans le liquide séminal.

Si l’azoospermie est sécrétive (le testicule ne produit pas ou produit très peu de spermatozoïdes – hormone FSH élevée), il arrive rarement de trouver quelques spermatozoïdes dans le testicule. Mais si en on trouve, on peut procéder à l’ICSI.

Dans le cas d’azoospermie obstructive où il y a une obstruction au passage du sperme (généralement l’hormone FSH est bas), on va chercher les spermatozoïdes en amont de l’obstruction (épididymus ou testicule) et ensuite on fait l’ICSI.  Dans ces cas, la chance de trouver des spermatozoïdes est plus élevée, mais cela reste incertain.

Dans plusieurs cas d’azoospermie, le couple peut décider d’utiliser la FIV avec sperme de donneur.