La stérilité ovulatoire

Les femmes qui ont des cycles très irréguliers ont souvent une infertilité ovulatoire. Les ovaires ne produisent pas d’ovocytes matures.

Dans ces cas on administre des médicaments hormonaux et on fait des échographies pour vérifier que la thérapie soit efficace. Au moment de l’ovulation, la femme aura des rapports avec son mari, ou bien elle fera des inséminations intra-utérines avec le sperme du mari

C’est une pathologie qui touche environs 10% des femmes.

Il se manifeste par des troubles des règles avec des cycles trop longs : il y a un excès d’androgènes qui donne des « acnés », de la pilosité excessive et une augmentation du poids. Les follicules en grand nombre n’arrivent pas à se développer en follicules matures.

Ovaire polykystique et ovaire normal

Avec des thérapies hormonales, il est possible d’induire la maturation des follicules et obtenir des grossesses. Certaines fois, les grossesses peuvent arriver naturellement, même sans aucune thérapie, mais cela pourrait arriver après plusieurs années.

 L’endométriose 

C’est une pathologie qui atteint de 5 à 10% des femmes.

Elle se manifeste initialement par des douleurs survenant lors des règles et lors des rapports sexuels.  Elle a pour conséquence l’implantation de fragments de tissus identiques à l’endomètre dans la cavité péritonéale, parfois sur les ovaires ou dans la partie musculaire de l’utérus (myomètre). Dans ce dernier cas, la pathologie prend le nom d’ADENOMYOSE.

Les causes sont mal connues. Cette pathologie induit souvent une anomalie du stock des follicules ovariens, même dans la partie des ovaires non touchées par la maladie.  En général, on induit par des médicaments l’interruption des règles pour quelques mois de façon à ce que l’endométriose se réduise pour ensuite essayer avec une FIV

L’infertilité tubaire

Les trompes peuvent se boucher à cause d’une infection et donc les spermatozoïdes ne pourront pas rencontrer les ovocytes.

Dans ces cas, on fait la FIV (Fécondation In Vitro) : on aspire les ovocytes des ovaires et on les met à contact avec le sperme. Après quelques jours, les embryons qui se sont formés seront introduits dans l’utérus.  Une fois, on essayait de réparer les trompes chirurgicalement dans le but d’ouvrir les trompes bouchées ; mais les trompes souvent se rebouchaient ou bien l’intérieur était détruit par la maladie infectieuse ; et donc les trompes ne pouvaient plus exercer leur fonction qui est de transporter les ovocytes de l’ovaire à l’utérus.

Age de la ménopause et âge de l’interruption de la fertilité chez la femme

On a tendance à croire que l’âge de la ménopause (en moyenne 50 ans) coïncide avec l’age de l’interruption de la fertilité chez la femme.

Ménopause avec une horloge

En effet, une importante baisse de la fertilité a lieu chez la femme à 40 ans et donc une dizaine d’années avant la ménopause.

Il y a évidemment des exceptions avec quelques femmes qui restent enceintes après les 40 ans. Un peu comme l’âge de la ménopause qui peut commencer après les 50 ans.

Ces cas demeurent des exceptions.

Insuffisance ovarienne

C’est la diminution du nombre de follicules ovariens.

La femme, à sa naissance, dispose d’un stock d’environ 6 millions de follicules ovariens. Ce stock diminue progressivement au cours de la vie. A l’age de 50 ans, il reste moins de 1000 follicules en général de mauvaise qualité.

Graphe montrant le déclin de la fertilité vers la ménopause

La fertilité est optimale entre les 18 et 31 ans.

L’insuffisance ovarienne est la première cause d’infertilité après l’age de 35 ans, comme elle est due essentiellement à la quantité et à la qualité des ovocytes disponibles.

Il n’existe pas de traitement susceptible d’améliorer la production et la qualité des follicules ovariens. Le meilleur marqueur de la réserve ovarienne est le dosage de l’AMH. Dans la majorité de ces cas, le remède est le don d’ovocytes.

L’ A M H (Anti Müllerian Hormone)

C’est une hormone produite par l’ovaire, à la différence du FSH et LH qui sont produits par l’hypophyse.

AMH, un prédicteur de réserve ovarienne. Utile pour la FIV

L’analyse d’AMH sert à détecter le niveau d’activité des ovaires. Un taux bas indique une basse activité ovarienne, tandis qu’un taux élevé d’AMH indique une bonne activité ovarienne. Généralement, les femmes jeunes ont un taux élevé d’AMH, tandis que les femmes plus âgées ont un taux plus bas.

Le niveau d’AMH peut servir pendant les Procréations Médicalement Assistées pour connaître à l’avance le niveau d’activité ovarienne. Toutefois, l’analyse de l’AMH n’est pas toujours fiable.